La Saint-Valentin, la revanche de l’homme romantique et la tendance au désencombrement émotionnel

Psychologie et couple

La recherche de Subito qui étudie comment les Italiens vivent le jour le plus romantique de l’année


C’est reparti, c’est nouveau saint-Valentin. D’accord, allons-nous échanger des fleurs, des cadeaux et sortir dîner ? Ce n’est peut-être pas si simple. Subito, la plateforme n.1 en Italie pour vendre et acheter durablement avec plus de 13 millions d’utilisateurs uniques mensuels, a interrogé sa communauté pour la première fois à travers l’enquête #SanValentinoSubitodans le but d’étudier ce qu’il représente dans le 2022 le plus doux anniversaire de l’année.

Entre cadeaux bizarres, amours sans fin, moments poignants mais aussi un pragmatisme sain, c’est ce que pensent les Italiens.

Saint Valentin : la revanche de l’homme romantique

Eh bien oui, le premier fait étonnant est justement l’adhésion marquée à l’enquête de la part des hommes (64,5 %, contre 34,6 % de femmes), qui témoigne d’un intérêt pour cette question qui n’est pas du tout évident. Ceux qui s’attendaient à une fête acclamée par la population féminine se sont bien trompés, le Hommes Les Italiens démystifient cette croyance et se révèlent être des amoureux de l’amour sous toutes ses formes.

Un romantisme qui se dégage de toutes les réponses au questionnaire, mais surtout des récits de cadeaux mémorables donnés ou reçus : « le naissance de mon fils, le cadeau le plus important » ; « le dîner où nous avons échangé des bagues de fiançailles » et encore « pas de cadeaux, juste faire plaisir à la personne que vous aimez » ou « être toujours là pour le célébrer ensemble après 30 ans ».

>> A voir aussi:  17h17 et l'amour : synchronicité ou simple coïncidence ?

Comment, quand et pourquoi l’amour est célébré

Les hommes et les femmes vivent la Saint-Valentin différemment, mais la veine romantique reste un incontournable pour les deux. A tel point que ne serait-ce que pour 16% saint-Valentin c’est la fête de l’amour, pour d’autres (72,9%) ce qui compte c’est l’amour lui-même, qu’il faut célébrer tous les jours, quels que soient les anniversaires. Enfin, nous avons ceux qui ressentent le poids du temps qui passe ou qui n’ont pas actuellement la personne de leur vie à leurs côtés, comme ils le croyaient autrefois saint-Valentin un jour férié important et aujourd’hui plus (11,3%).

Bien qu’ils semblent snober cette fête, les Italiens confirment leur aptitude à offrir un cadeau à saint-Valentin chaque année (23,4%), ou du moins lorsque vous trouvez quelque chose que l’autre personne aime (51,2%). Enfin nous avons les deux cas extrêmes qui dans de petits pourcentages déclarent, avec une sincérité appréciable, ne donner quelque chose qu’au début d’une relation (5,8%) ou essayer de récupérer une relation (1,1%). Seuls 18,5% restent fermes dans leur décision de ne jamais faire de cadeau pour saint-Valentin!

En venir aux spécificités du cadeau, de l’objet ou de l’expérience ? Le dilemme saisit tout le monde et parmi les idées les plus populaires pour célébrer l’anniversaire, les expériences se démarquent (76,5%), donc une ruée vers l’organisation de week-ends, de dîners et de voyages qui peuvent créer des souvenirs pour cimenter le lien. La position la plus concrète et « matérielle » est exprimée par 23,5 % de l’échantillon : un objet reste, l’expérience non !

>> A voir aussi:  Séduire un homme plus vieux : les trucs et astuces qui fonctionnent

En parlant d’objets, en effet, 37% du choix tombe sur quelque chose de simple car ils connaissent parfaitement les goûts de la meilleure moitié, donc une option sans risque. Pourtant, il y a un tête à tête entre ceux qui se laissent inspirer par le moment (27,6%) et ceux qui partent plutôt à la recherche de ce produit qui peut étonner (26,4%).

Et si le petit cadeau est le meilleur choix pour 46% des sondés, le mot d’amour l’est pour 21,5%, comme un moyen d’exprimer avec des mots ce qui parfois ne peut se faire verbalement. Les grands classiques restent comme les bijoux et accessoires (7%), les photos ou tableaux du couple (5,2%), les peluches et objets mous et câlins (2%) qui cette année aussi entreront en tout cas dans les foyers des Italiens.

Tendance au désencombrement émotionnel : que deviennent les cadeaux des ex ?

Parmi les cadeaux « mémorables » racontés par les utilisateurs de Subito, il y en a de merveilleux, d’autres malvenus ou objectivement gênants : d’énormes peluches, des ensembles de verres en étain, un vase en verre avec de fausses fleurs (sic !), des bijoux et bijoux souvent définis comme « horrible » ou qui ne correspondait manifestement pas aux goûts du destinataire – mention spéciale pour une chaîne en or avec le Christ en diamant.

Et si ces objets s’aiment même s’ils sont « différemment beaux », qu’advient-il d’eux lorsque l’amour prend fin ? Une bonne partie des Italiens déclarent les garder comme souvenirs à forte valeur sentimentale (43,9%)… peut-être même comme souvenir pour éviter de refaire la même erreur la prochaine fois ? D’autres ont une approche plus vénale : l’amour passe, mais l’objet reste (20,3 %).

>> A voir aussi:  "76% des adolescents ont reçu des photos de nus non désirées dans le chat" : la plainte

Ensuite, il y a ceux qui préfèrent s’en débarrasser en les renvoyant à l’expéditeur (4,7 %) ; les recycler astucieusement pour les anniversaires ou autres anniversaires (4,3%) voire les jeter (19,3%). Et ceux qui déclarent avoir revendu sur Subito un objet reçu en cadeau appartenant à une relation désormais fermée (8,6%) ; donc, une nouvelle tendance smart semble se dessiner, le désencombrement émotionnel, ou le choix conscient de faire le ménage de l’esprit et du cœur en se débarrassant des objets qui nous font vivre ancrés dans le passé, apportant des bénéfices en termes de prise de conscience, de légèreté et de projection vers l’avenir. En effet, de nombreux objets peuvent être parfaits pour quelqu’un d’autre et pour 10,1% des répondants, le sentiment de s’être débarrassé de cadeaux non désirés (ainsi que celui d’un partenaire) n’a pas de prix, presque autant que la satisfaction d’avoir gagné un nid œuf de cette relation maintenant terminée, réinvestir dans quelque chose de nouveau pour soi (8,1%).

/*img,[data-entry] .c-entry>img’)
.forEach(
function ( oElImg )
{
oElImg.removeAttribute(‘style’);
oElImg.classList.add(‘u-size-full’);

var oWEl = document.createElement(‘div’);
var oTImg = document.createElement(‘div’);

oTImg.appendChild(oElImg.cloneNode(true));

oWEl.innerHTML = ‘

‘ +

((oTImg.innerHTML|| » »)) +

‘ + (oElImg.getAttribute(‘title’) || oElImg.getAttribute(‘alt’) ||  ») +  » +
 »;

oElImg.replaceWith.apply( oElImg, oWEl.childNodes );
}
);

//CLEAN TABLE,TR,TD,TBODY ATTRS
d.querySelectorAll(‘[data-entry] .c-entry table, [data-entry] .c-entry table *’)
.forEach(
function ( oEl )
{

[].forEach.call( oEl.attributes, function(oAttr) { oEl.removeAttribute(oAttr.nodeName); });

//Array.from ( oEl.attributes ).forEach ( oAttr => { oEl.removeAttribute(oAttr.nodeName); } );
// Array.from ( oEl.attributes ).forEach( function(oAttr) { oEl.removeAttribute(oAttr.nodeName); }); //OK
}
);

//WRAP TABLES
d.querySelectorAll(‘[data-entry] .c-entry table’)
.forEach(
function ( oEl )
{
var oWEl = document.createElement(‘div’);

var oTTbl = document.createElement(‘div’);
oTTbl.appendChild(oEl.cloneNode(true));

oWEl.innerHTML = ‘

‘+
((oTTbl.innerHTML|| » »)) +
Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Retour en haut