Doomscrolling, ce que signifie dépendre des nouvelles de la guerre et comment se défendre

Défilement du destin

En temps de crise et d’incertitude, nous recherchons des informations pour nous aider à mieux comprendre ce qui se passe, même si cela nous rend anxieux, tristes et inquiets. Voici quelques conseils pour contrer cette dépendance

Écrans d’addiction (photo Pixelbay)


Si jusqu’au 24 février, jour où la guerre a éclaté en Ukraine, nous avons passé des heures et des heures scotchés devant les écrans de télévision, d’ordinateurs et de téléphones portables, à nous tenir continuellement au courant des dernières nouvelles relatives à la pandémie – du nombre de cas , des hospitalisations et des décès à celui des vaccinés – c’est désormais le conflit qui domine l’agenda des journaux et des principaux canaux d’information. Il peut sembler à certains que, face à des événements comme ceux-ci, d’autres nouvelles, surtout des nouvelles positives, n’existent plus. Ce n’est évidemment pas vrai, mais si nous passons un temps démesuré devant des écrans à lire uniquement des nouvelles négatives, nous pourrions rester « coincés » en pensant qu’il ne se passe plus rien de bon dans le monde. Mais pourquoi cherchions-nous constamment des nouvelles sur la pandémie avant, et maintenant sur la guerre ? Comme l’explique la théorie cognitive de l’anxiété, en période de crise et d’incertitude, nous recherchons des informations qui nous aident à mieux comprendre ce qui se passe, même si cela nous rend anxieux, tristes et inquiets.

Les experts en santé mentale appellent cette tendance «défilement funeste« , et avertir qu’il ne faut pas l’ignorer car il alimente l’anxiété et la dépression, comme il le souligne également Paul Salkovskisprofesseur de psychologie clinique àUniversité d’Oxford. “Il y a des gens – a expliqué le prof. – qui sont déjà anxieux, et le seront nettement plus du fait de cette nouvelle situation. Et, comme cela s’est également produit avec Covid, cela entraînera une augmentation probable des cas d’anxiété et de dépression ».

Qu’est-ce que le doomscrolling

La défilement funeste c’est la tendance à rechercher de façon obsessionnelle des nouvelles négatives sur le web ou sur les réseaux sociaux avec des conséquences sur sa santé mentale. Le mot vient de l’union de ‘scrollare’ (de ‘faire défiler‘ en anglais) – ou le mouvement que nous faisons lorsque nous surfons sur le web ou utilisons les réseaux sociaux pour faire défiler rapidement les actualités – et ‘perte‘ (« destin tragique » en anglais) qui fait pourtant référence à la flopée d’actualités dramatiques que nous lisons. Cette tendance nous a accompagnés lors du premier confinement, le plus dur pour tous et avec les plus grandes incertitudes, et elle nous accompagne encore aujourd’hui dans cette nouvelle situation de malaise social. La recherche avide de nouvelles négatives a des effets importants sur notre santé mentale, car elle génère des émotions intenses d’anxiété, d’incertitude, d’inquiétude, de peur, d’angoisse, qui entraînent à leur tour des troubles tels que des troubles du sommeil, une diminution de l’appétit et un manque d’intérêt pour activités que vous aimez habituellement faire, réduisant ainsi votre qualité de vie.

Comment les événements changent l’humeur

Lorsque nous voyons un film dramatique avec une musique triste, nous nous sentons mélancoliques et épuisés : cela se produit également lorsque nous « secouons » une nouvelle angoissante. À l’inverse, lorsque nous regardons un film drôle avec une musique entraînante, nous nous sentons optimistes et énergiques, et cela se produit également lorsque nous « défilons » des nouvelles positives et optimistes. Ces « événements », qu’ils soient positifs ou négatifs, ont donc des effets importants sur l’humeur (intense comme un état émotionnel au ralenti) et sur les émotions (qui traduisent des réponses à des stimuli externes). Bien que l’humeur et les émotions puissent être distinguées, elles interagissent entre elles : une humeur négative peut, en fait, augmenter la probabilité de ressentir des émotions négatives. Cette interaction affecte à son tour la façon dont vous réagissez aux choses, dont vous interagissez avec les autres, dont vous effectuez vos tâches quotidiennes. Et cela est dû non seulement à « l’induction de l’humeur » (un événement qui peut changer notre humeur) mais aussi à l’empathie.

Trop d’empathie peut être nocif

L’empathie est la capacité à comprendre les autres et à ressentir de la compassion pour eux. C’est probablement la qualité humaine qui nous distingue le plus des autres animaux. C’est une fonctionnalité qui nous aide à mieux vivre avec les autres et favorise le bien-être de la communauté. Cependant, une empathie excessive, alimentée par des événements tragiques tels qu’une guerre ou une pandémie, peut conduire à ruminer des pensées négatives, qui ont un impact sur notre santé mentale et notre bien-être. Penser constamment des pensées négatives peut au fil du temps avoir des effets importants sur notre esprit, comme la dépression, l’anxiété, une attention réduite ou des problèmes de mémoire ou de raisonnement.

Mais, après tout, si notre attention se concentre uniquement sur les nouvelles négatives, notre cerveau n’a aucun moyen de se concentrer efficacement sur autre chose. Plus nous stockons des informations et des souvenirs tristes, plus notre humeur se détériore et plus il devient difficile de penser de manière flexible, c’est-à-dire de passer facilement d’une perspective à une autre. C’est ainsi que nous risquons de rester « coincés » dans des pensées telles que « cela ne finira jamais » ou « il n’y aura jamais de bonnes nouvelles », accompagnées d’intenses sentiments d’impuissance et d’angoisse.

Comment faire face à la « nouvelle » peur de la guerre : les conseils d’un psychiatre

Le doomscrolling génère des troubles de l’attention

Nous savons que le maintien d’une attention élevée est essentiel pour diriger l’activité cognitive vers des stimuli spécifiques, et que les nouvelles technologies peuvent l’influencer. Par exemple, une étude a montré que la réception de messages instantanés sur les téléphones pendant un test entraîne des niveaux de stress plus élevés que si le test était effectué sans distractions. Trop concentrer notre attention sur des choses menaçantes, comme vérifier de manière obsessionnelle les dernières nouvelles tragiques, peut – comme nous l’avons vu – aggraver l’humeur, mais cela peut aussi fausser l’attention. Et avoir des problèmes d’attention, à son tour, peut nous rendre plus anxieux et nerveux, créant ainsi un cercle vicieux. Dans les cas graves, cette condition peut également entraîner des comportements de vérification répétitifs, observés dans le trouble obsessionnel-compulsif (TOC), qui augmentent les niveaux d’anxiété. En conclusion, l’attention peut être altérée non seulement par le contenu négatif que nous consommons, mais aussi par la même technologie que nous utilisons pour y accéder. Et cela, au final, peut avoir un impact lourd sur la rentabilité au travail, à l’école ou même dans d’autres contextes sociaux.

Réinitialisez votre cerveau

Alors que faire pour éviter de se laisser submerger par cette « addiction » aux nouvelles négatives ? Pour éviter de tomber dans le tourbillon de défilement funeste obsessionnel, vous devez prendre le contrôle de la situation. Comme, comment? Trouvez des moments pour vous distraire et sortir du flux constant de nouvelles négatives, essayez de planifier des choses que nous apprécions, qui se détendent et se détendent, comme lire un bon livre, regarder un film drôle, rendre visite à des amis et à la famille, ou même faire de la place pour la méditation. Mais apprendre quelque chose de nouveau, comme une langue différente ou un instrument de musique, peut également être utile pour améliorer à la fois l’humeur et la cognition.

Pratiquement activé

Une autre façon de prendre le contrôle de la situation est d’agir, peut-être en rejoignant des bénévoles qui aident les réfugiés ukrainiens ou en soutenant une association caritative qui aide les civils en Ukraine. Lorsque vous faites un acte de gentillesse comme celui-ci, le système de récompense de votre cerveau est activé, qui répond aux stimuli de récompense ou de renforcement en libérant un neurotransmetteur spécifique : la dopamine. C’est ainsi que la motivation pour atteindre l’objectif qui nous fait nous sentir gratifiés est déclenchée. À cet égard, une étude a montré que faire un don de bienfaisance active le système de récompense du cerveau d’une manière similaire à recevoir de l’argent.

Mais si vous continuez à être victime de défilement funesteil convient de s’adresser à un psychologue clinicien qui peut, par l’utilisation de la thérapie cognitivo-comportementale, mais aussi une induction de l’humeur, ou un paradigme de récompense, induire un état d’esprit heureux et redonner de la bonne humeur au patient.

Soyez positif et concentrez-vous sur vos objectifs

Dans un monde où la vie coule aussi vite que l’actualité, où des millions de stimuli et d’informations différentes nous sollicitent en permanence, il est important de comprendre comment sélectionner ce qui nous est le plus utile sans se laisser submerger. Pour ce faire, nous devons bien nous concentrer sur nos objectifs et mettre en œuvre la bonne stratégie pour les atteindre, en évitant les distractions inutiles. Comment? Rester positif et résilient, pour notre bien et celui des autres. Après tout, à quoi bon trouver des solutions aux défis mondiaux, tels que le changement climatique et la guerre, si nous n’avons pas la bonne motivation pour réfléchir aux solutions à entreprendre, parce que nous sommes déprimés et anxieux ?

/*img,[data-entry] .c-entry>img’)
.forEach(
function ( oElImg )
{
oElImg.removeAttribute(‘style’);
oElImg.classList.add(‘u-size-full’);

var oWEl = document.createElement(‘div’);
var oTImg = document.createElement(‘div’);

oTImg.appendChild(oElImg.cloneNode(true));

oWEl.innerHTML = ‘

‘ +

((oTImg.innerHTML|| » »)) +

‘ + (oElImg.getAttribute(‘title’) || oElImg.getAttribute(‘alt’) ||  ») +  » +
 »;

oElImg.replaceWith.apply( oElImg, oWEl.childNodes );
}
);

//CLEAN TABLE,TR,TD,TBODY ATTRS
d.querySelectorAll(‘[data-entry] .c-entry table, [data-entry] .c-entry table *’)
.forEach(
function ( oEl )
{

[].forEach.call( oEl.attributes, function(oAttr) { oEl.removeAttribute(oAttr.nodeName); });

//Array.from ( oEl.attributes ).forEach ( oAttr => { oEl.removeAttribute(oAttr.nodeName); } );
// Array.from ( oEl.attributes ).forEach( function(oAttr) { oEl.removeAttribute(oAttr.nodeName); }); //OK
}
);

//WRAP TABLES
d.querySelectorAll(‘[data-entry] .c-entry table’)
.forEach(
function ( oEl )
{
var oWEl = document.createElement(‘div’);

var oTTbl = document.createElement(‘div’);
oTTbl.appendChild(oEl.cloneNode(true));

oWEl.innerHTML = ‘

‘+
((oTTbl.innerHTML|| » »)) +
Votez pour ce post
>> A voir aussi:  La rencontre gay : les meilleurs sites de rencontre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page