Quelle est la bonne façon de raconter la guerre aux enfants

Quelle est la bonne façon de raconter la guerre aux enfants

La guerre et les enfants

« Nous ne devons pas les laisser dans l’ignorance mais affronter le problème avec simplicité, un esprit de vérité et de participation. Le partage avec l’adulte allège le poids ». L’interview du Pr Elisa Fazzi, pédopsychiatrie et présidente du SINPIA


Depuis le 24 février, la télé, les journaux et le web proposent sans s’arrêter images et récits de guerre. Explosions, morts, civils en fuite, familles réfugiées dans des bunkers, mères en pleurs. Des scénarios qu’aucun enfant ne devrait voir ou expérimenter de première main. « Les enfants – explique un Aujourd’hui la neuropsychiatre pour enfants Elisa Fazzi, présidente de la SINPIA (Société italienne de neuropsychiatrie de l’enfant et de l’adolescent) – sont très vulnérables au stress et ont moins de capacité d’adaptation aux traumatismes, avec des conséquences dévastatrices sur leur développement et donc sur leur avenir qui est l’avenir du monde « . Pour SINPIA, ainsi que pour ESCAP (Société européenne de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent) au niveau européen, le premier objectif doit être de protéger au maximum la santé psychophysique de chaque enfant et adolescent et donc de chaque être humain, de permettre aux enfants et aux jeunes italiens, européens et du monde entier de grandir en toute sécurité face aux menaces et conséquences des conflits armés.

Alors, comment pouvons-nous protéger nos enfants de l’histoire de la guerre ? Quels sentiments et émotions les images et vidéos diffusées dans les médias ces jours-ci suscitent-elles en eux ? Comment lui dire ce qui se passe ? Nous en avons parlé avec le professeur Elisa Fazzi, directrice de l’unité de neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence ASST Spedali Civili et Université de Brescia.

>> A voir aussi:  Comment savoir si un collègue est amoureux ?

Pro.ssa Fazzi, est-il juste de parler de la guerre aux enfants ou vaut-il mieux les protéger ?

« Protéger les enfants ne signifie pas les maintenir dans l’ignorance des faits qui concernent leur vie et leur quotidien, nier la réalité ou la cacher alors qu’elle est de toute façon sous leurs yeux, facilement accessible par des canaux infinis. Sans oublier leur sensibilité naturelle marquée à percevoir les événements significatifs ou critiques. Comme pour la pandémie, parler de la guerre à nos enfants est inévitable et il n’est pas possible de fermer les yeux, également parce que la nouvelle leur parviendrait de toute façon. Mieux vaut alors aborder ces questions avec simplicité, esprit de vérité et participation. Cela permet même aux pires nouvelles d’être exprimées et donc plus faciles à traiter. Le partage avec l’adulte allège le poids ».

Comment les parents et les enseignants devraient-ils aborder le problème ?

« La meilleure façon est d’écouter. La capacité d’écouter, d’observer et de saisir ce que les enfants disent et expriment, non seulement avec des mots mais aussi par le comportement, le jeu et le dessin : c’est une compétence parentale et éducative précieuse. C’est en observant et en écoutant les enfants que nous sommes capables de comprendre ce que chacun d’eux demande et veut savoir, en calibrant nos réponses sans en dire trop ni trop peu, en contextualisant notre réponse et en l’adaptant à la demande ».

La vidéo avec laquelle le gouvernement russe explique la guerre aux enfants

Quelles erreurs ne faut-il pas commettre ?

>> A voir aussi:  Comment espionner un téléphone portable à distance ?

« Ne pas parler et partager avec nos enfants est certainement l’erreur la plus grave, avec celle d’être bloqué par la peur – qui est la nôtre en tant qu’adulte – de leur faire plus souffrir en parlant. C’est aussi une erreur de trop parler et de rationaliser, d’excéder en précisions et en détails inutiles, typiques de la pensée d’un adulte ».

Une manière différente de raconter des histoires peut-elle être utile à chaque âge ?

« Oui bien sûr. Avec les plus petits, le canal privilégié est le jeu, mais aussi le dessin, qui peut être un excellent vecteur d’émotions. De plus, l’histoire est une excellente ressource : raconter une histoire permet d’exprimer et de traiter des messages difficiles ou des expériences douloureuses ».

Quel impact l’histoire de la guerre peut-elle avoir sur les générations futures ?

« L’impact peut être variable et à long terme, allant du souvenir d’un événement désagréable à des situations plus complexes qui découlent peut-être aussi d’une fragilité ou d’une prédisposition individuelle. Naturellement, tout dépend de la gravité et de la proximité de l’histoire à vivre : une chose sera l’impact que cette histoire aura sur les enfants ukrainiens, une autre le sera sur les enfants européens qui auront vu ou entendu l’histoire à travers les images diffusées aux informations. ”.

Quel rôle jouent les médias et comment pouvons-nous protéger nos enfants des histoires racontées à la télévision, sur Internet et sur les réseaux sociaux ?

« En plus de rapporter des nouvelles désagréables, nous savons qu’il y a aussi des effets protecteurs que les médias peuvent véhiculer à travers le partage et la diffusion de nouvelles, même sereines, positives et porteuses d’espoir, qui peuvent amortir, apaiser, rééquilibrer les négatives et ouvrir une chemin d’espérance qu’il convient d’offrir même dans les situations les plus difficiles ».

>> A voir aussi:  Les meilleurs sites de rencontres pour les célibataires de plus de 50 ans

Présidente de SINPIA - Prof. Elisa Maria Fazzi 6-2

[kk-star-ratings align="center" reference="auto" valign="bottom"]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut