Comment faire face à la « nouvelle » peur de la guerre : les conseils d’un psychiatre

Comment faire face à la « nouvelle » peur de la guerre : les conseils d’un psychiatre

Peur de la guerre

« Dans ces moments difficiles, nous devons être conscients que la paix et l’harmonie prévaudront. Nous devons maintenant être guidés par un optimisme réaliste. L’entretien avec le professeur Massimo di Giannantonio, président de Sip


Les guerres, ainsi que les épidémies et les catastrophes environnementales ont toujours eu des conséquences, géographiquement, politiquement, socialement, mais aussi psychologiquement. Par exemple, la pandémie de Covid-19 a eu des effets importants non seulement sur l’économie mondiale, mais aussi sur la sphère mentale et psychologique de populations entières : selon les dernières données épidémiologiques, 31 % de la population mondiale présente des symptômes de type dépressif , 29% de type anxieux et 32% de stress psychologique. Mais, comme toujours, ce sont les plus jeunes qui paient le prix le plus élevé : selon le dernier rapport mondial de l’Unicef, un mineur sur trois dans le monde est en situation de détresse psychologique, un sur cinq a des symptômes dépressifs et un sur sept a une pathologie mentale structurée. Ces données suggèrent qu’il existe une maladie mentale répandue en Italie et dans le reste du monde, une condition qui s’est encore aggravée avec le déclenchement de la guerre entre l’Ukraine et la Russie le 24 février.

Comment le mélange guerre-pandémie va-t-il encore aggraver l’état psychologique des Italiens ? Quel rôle les médias jouent-ils dans l’alimentation des angoisses et des émotions négatives ? Et comment gérer la peur d’une guerre qui pourrait nous impliquer de plus en plus ? Nous en avons parlé avec Massimo di Giannantonio, président de la Société italienne de psychiatrie (SIP).

Prof. di Giannantonio, la pandémie a eu un impact significatif sur la sphère psychologique et émotionnelle de tous les Italiens. Comment la guerre en Ukraine va-t-elle tendre à exacerber le malaise psychique de deux ans d’urgence Covid ?

« Le mélange guerre-pandémie provoque un stress énorme. Le stress est une stimulation des systèmes neurobiologiques de l’individu qui sert à maintenir la vie et à éviter le danger. Deux ans de pandémie et, maintenant, les nouvelles de la guerre exacerbent considérablement l’état de stress chronique des Italiens. En effet, face à une situation, telle que celle que nous vivons, dans laquelle nous ne pouvons ni attaquer ni éviter le stimulus stressant, le stress aigu se transforme en stress chronique et devient symptomatique. Parmi les principaux symptômes, il y a l’insomnie intermittente, l’anxiété diurne, la perte ou l’augmentation de l’appétit, les états anxieux qui se déchargent sur le corps et, par conséquent, une augmentation des expériences hypocondriaques. Ces symptômes ont alors des conséquences différentes selon les profils de personnalité des individus.

>> A voir aussi:  Quel est le syndrome de Ramsay Hunt qui a affecté Justin Bieber

Qui sont les plus à risque ?

« Les profils de personnalité les plus vulnérables sont les plus soumis au stress et aux traumatismes antérieurs, liés pour la plupart à des conditions de maturation psychosociale insatisfaisantes ou inadéquates. Prenons par exemple la première et la deuxième enfance, celles qui ont perdu leur emploi, les familles à revenu unique, les familles composées d’une mère et d’un seul enfant. Chez ces sujets, les cofacteurs de la souffrance augmentent les symptômes et donc l’ampleur des conséquences du stress chronique ».

Au cours de la dernière année, on a beaucoup parlé de « burnout pandémique ». De quoi s’agit-il?

« Le burnout est ce qu’on appelle le syndrome de fatigue, un syndrome d’épuisement des ressources physiques disponibles. C’est une condition de déséquilibre dramatique entre les ressources disponibles et les tâches à accomplir. Le burnout survient lorsqu’il y a trop de tâches à effectuer mais qu’il y a trop peu de ressources pour réaliser ces tâches, qui peuvent cependant aussi se déclencher dans des situations inverses, c’est-à-dire lorsqu’il y a un excès de ressources par rapport aux tâches. La personne qui souffre de burn-out se sent démotivée, se sent « burn out » (comme disent les anglais), se sent démotivée, en proie à la désorientation, à l’anxiété, dans des conditions de retrait autistique avec la perte conséquente de motivation, de relations et, en les cas les plus extrêmes, de la perte d’identité (du travail à l’identité personnelle) ».

Avez-vous constaté une augmentation de la consommation d’anxiolytiques et d’antidépresseurs au cours de la dernière année ?

« Oui, l’année dernière nous avons enregistré, d’une part, une augmentation des demandes d’intervention dans le circuit des services de santé mentale, d’autre part, une augmentation de la consommation de certaines catégories de médicaments psychotropes. Nous avons enregistré un +22% dans la vente d’anxiolytiques, notamment les hypno-inducteurs (médicaments induisant le sommeil), et un +12,5% dans la vente d’antidépresseurs. Ces données suggèrent qu’il y a eu une augmentation notable des troubles anxieux, tant dans la sphère de l’anxiété libre, dans la sphère de l’anxiété somatisée, que dans la sphère de l’insomnie avec la perturbation du cycle veille-sommeil très délicat, avec des conséquences sur biologique et nycthémérale ».

>> A voir aussi:  Comment espionner un iPhone avec et sans jailbreak

Comment la sphère de la psychologie réagit-elle aux nouvelles, images et vidéos dramatiques diffusées par les médias ?

« Dans la sphère psychologique, deux réactions « extrêmes » peuvent être enregistrées : l’une, largement majoritaire dans la population, caractérisée par la perte de motivation, par l’apparition de symptômes somatiques, tels que ceux que nous avons définis précédemment, de la sphère anxieuse, la la sphère dépressive, la sphère motivationnelle et aussi de la sphère cognitive (donc perte d’enthousiasme, perte de motivation, perte d’identité, perte de sens à la vie) ; et une autre, absolument minoritaire, caractérisée par ce que nous définissons comme un « rebond maniaque », c’est-à-dire par des actions telles que, par exemple, quitter le travail, ressentir une sorte d’envie intérieure de se battre, de se battre, de réagir. réponse opposée et différente de la première. Cette dichotomie reflète parfaitement la dynamique qui existe entre deux grands mécanismes de base de l’appareil mental de l’homo sapiens : d’une part, le mécanisme nocturne, qui intervient lorsque la lumière cesse, lorsque l’hiver arrive, lorsque la capacité d’action et de réaction fait défaut ; et de l’autre côté la dimension diurne, la dimension estivale, la dimension chaude, la dimension active, où tout est hypertrophié, tout est exagéré, stimulé, risquant même de dépasser, avec une sorte d’excitation liée à des conditions stressantes, la niveaux de normalité, les niveaux de lecture satisfaisante du soi-disant « principe de réalité » ».

Quelle est la bonne façon de raconter la guerre aux enfants

Quel rôle jouent les médias et les réseaux sociaux pour alimenter les angoisses et les peurs ?

« Quand on parle de médias, il faut distinguer les médias qui opèrent dans des sociétés démocratiques où le droit de l’individu d’exprimer son opinion est garanti, et les médias qui opèrent dans des structures sociales dépourvues de démocratie et de respect de l’opinion d’autrui, où n’existe pas de liberté de la presse et où prévalent des formes de prévention et de censure. Sans oublier le rôle central que jouent aujourd’hui les réseaux sociaux, où c’est la population d’en bas qui projette l’information. Le thème des médias libres aujourd’hui est lié à une grande question : « La liberté représentée par Internet et la liberté de la presse est-elle quelque chose qu’il faut circonscrire, qu’il faut contrôler ou non ? ». Après tout, il vaut bien mieux qu’il y ait une totale liberté d’expression pour les médias, dans laquelle les gens peuvent se forger leurs propres idées, plutôt que de subir des mécanismes de censure et de contrôle, qui sont les prolégomènes d’une difficulté et d’une limitation de la liberté d’expression. expression. Les statistiques des grandes sociétés internationales d’opinion publique ont récemment été publiées, montrant combien la quantité d’informations que l’on souhaite recevoir des sites officiels a augmenté, sites officiels des démocraties où l’objectivité de l’information est garantie, le sérieux des professionnels qui ils construisent l’actualité, des prérogatives qui protègent l’utilisateur des Fake news. Évidemment, tout cela ne se produit pas là où il y a la censure et l’interdiction de la liberté de la presse, ni dans les réseaux sociaux où prévalent certaines lignes de pensée et de raisonnement non scientifiques, déséquilibrées comme dans le cas de la communication No Vax ».

>> A voir aussi:  Les meilleurs sites de rencontres pour les plus de 50 ans

Quels conseils aimerais-tu donner aux Italiens pour mieux affronter la peur de la guerre ?

« Le conseil est d’être conscient que la sphère intérieure de l’humanité est basée sur la capacité de résilience et de réaction face aux choses les plus dramatiques et les plus terribles. Pensons à l’Europe qui a réussi à reconstruire les bases de sa vie civile après la Seconde Guerre mondiale, pensons aux citoyens japonais qui, après la tragédie des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, ont eu la capacité et la volonté de résoudre ces drames énormes. Il ne faut jamais perdre espoir, car l’être humain a toujours tendance à préserver la vie. Dans ces moments difficiles, il faut être conscient que la paix et l’harmonie prévaudront sur toutes les autres situations. Maintenant, nous devons tous avoir un optimisme réaliste ».

PAR GIANNANTONIO 2-2

[kk-star-ratings align="center" reference="auto" valign="bottom"]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut