Pourquoi les hommes et les femmes perçoivent différemment la douleur : la science le révèle

Pourquoi les hommes et les femmes perçoivent différemment la douleur : la science le révèle

Perception de la douleur

Selon une étude, la douleur n’est pas traitée par le corps féminin de la même manière que le masculin par une médiation différente des hormones


Entre les deux sexes, ce sont surtout les femmes qui souffrent le plus de douleurs chroniques comme les maux de tête ou les migraines, mais aussi les lombalgies, les cervicalgies, les douleurs orofaciales et les douleurs neuropathiques. De plus, d’après l’évaluation expérimentale, il semble que le sexe féminin montre une plus grande sensibilité à la douleur que le sexe masculin. Mais malgré cette disparité évidente, pendant des décennies, la pensée scientifique a été catégorique sur le fait que la douleur est traitée de la même manière par le corps masculin que par le corps féminin. Le problème est que cette « croyance » n’a aucun fondement scientifique, car la grande majorité des recherches neuroscientifiques sur la douleur n’ont été menées que sur le sexe masculin.

Pour avoir étudié pour la première fois la différence de perception de la douleur entre les deux sexes, c’est une équipe de chercheurs de certaines universités au Canada et aux États-Unis. L’étude, publiée dans la revue Cerveauont mis en lumière les bases neurobiologiques du traitement de la douleur chez les deux sexes et ont démontré que la douleur n’est apparemment pas traitée par le corps féminin de la même manière que le corps masculin.

Le rôle différent du facteur « BDNF » dans les deux sexes

La nouvelle étude présente deux avantages majeurs par rapport aux recherches précédentes menées principalement sur des rongeurs mâles : premièrement, elle inclut des sujets féminins et, deuxièmement, elle inclut des humains. Dans le but de comprendre les bases neurobiologiques de la douleur chronique chez les deux sexes, les chercheurs ont étudié les mécanismes de l’hyperexcitabilité neuronale dans la « corne dorsale superficielle » humaine (région située à la périphérie de la matière grise, à l’intérieur de la moelle épinière) et chez les mâles. que les femelles.

>> A voir aussi:  Comment la lune influence-t-elle la compatibilité amoureuse selon votre date de naissance ?

En examinant la moelle épinière d’hommes et de femmes, donnée post mortem, les chercheurs ont découvert qu’une protéine spécifique, connue sous le nom de « facteur neurotrophique dérivé du cerveau » (ou BDNF), se comporte différemment chez les deux sexes. Ce facteur, découvert il y a 40 ans, joue un rôle important et complexe dans le traitement de la douleur, amplifiant les signaux de douleur dans la moelle épinière en peu de temps et faisant le contraire à long terme.

Ce que l’on sait de l’expérience de mort imminente : la recherche fait le point

Les hommes et les femmes traitent la douleur différemment

Les chercheurs ont conclu que les corps masculins et féminins – et le gène BDNF en particulier – traitent la douleur très différemment. Et cette différence entre les sexes en réponse au BDNF est due à la médiation hormonale. Cela serait en accord avec des études antérieures établissant un lien entre la douleur des femmes et des niveaux d’œstrogènes plus élevés, mais de plus, avec cette étude, les chercheurs ont également fourni des preuves empiriques à ce sujet : lorsqu’ils ont retiré les ovaires de rongeurs femelles, la différence de signalisation de la douleur entre les sexes a disparu ( l’étude a été menée à la fois chez des rongeurs et des humains des deux sexes).

« Il est donc évident que les hormones sexuelles féminines ont un effet sur les mécanismes de signalisation de la douleur rachidienne, mais – ont déclaré les experts – d’autres études sont nécessaires pour identifier quelles hormones sexuelles féminines régulent ce dimorphisme, en isolant les effets que l’œstrogène et la progestérone peuvent affecter le développement de la voie nociceptive (processus sensoriel qui détecte et transmet les signaux et les sensations de douleur) chez les rongeurs et les humains ».

>> A voir aussi:  Du TOC à la renaissance : "Les premiers symptômes à 10 ans, j'ai dû tout faire 3 fois"

De nouveaux traitements pour traiter la douleur chronique

La découverte de cette étude, et donc de la différence de traitement de la douleur entre les deux sexes, pourrait ouvrir la voie à de nouvelles thérapies plus personnalisées, affinées au maximum aux besoins individuels du patient, ainsi qu’à de nouveaux médicaments spécifiques pour la gestion de la douleur. « Le développement de nouveaux analgésiques – a-t-il dit Annemarie Dedek, auteur principal de l’étude – nécessite une compréhension détaillée de la façon dont la douleur est traitée au niveau biologique. Cette nouvelle découverte pose les bases du développement de nouveaux traitements pour venir en aide aux personnes souffrant de douleurs chroniques ».


Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut