La folie à deux, quel trouble psychiatrique est au coeur de la nouvelle suite de Joker

Avec une publication sur son compte Instagram, le réalisateur Todd Philips a officiellement annoncé la suite très attendue de Joker, dévoilant son titre : « Joker – Folie à deux« . Le sous-titre fait référence à une pathologie psychiatrique rare caractérisée par le transfert d’une image délirante d’un patient (le « partenaire dominant ») à un autre (le « partenaire soumis ») lié au premier par un lien affectif fort, et pour cette raison il On émet l’hypothèse que le film raconte l’histoire entre le Joker et sa partenaire Harley Quinn, follement amoureuse de lui. Mais pour le moment, ce n’est qu’une question de supposition.

Qu’est-ce que la folie à deux

folie à deux (ou folie à deux), également appelée folie contagieuse ou folie infectieuse, est un trouble psychotique partagé, c’est-à-dire impliquant deux individus (l’inducteur et le soumis). C’est une forme de psychose induite ou transmise par l’implication et la proximité non seulement spatiale mais aussi et surtout émotionnelle entre deux individus qui sont impliqués dans une relation particulièrement engageante et émotionnelle qui dure depuis des années, ou qui vivent ensemble ou qui ont une relation personnelle extrêmement proche, associée à un partage d’expériences de vie, de besoins et d’espoirs communs. La relation entre les personnes impliquées est généralement partiellement ou complètement isolée des stimuli sociaux et culturels externes.

>> A voir aussi:  Le plaisir du voyage en couple est absolument incomparable !

Dans le cas où le sujet dominant parvient à influencer trois personnes ou plus on parle de folie à trois, quatre etc. Cette condition a été décrite pour la première fois par Ernest Charlse Lasèque et Jean Pierre Falret en 1887 à qui ils ont donné le nom de « folie à deux« .

Quel est le mécanisme psychologique sous-jacent à la maladie

La folie à deux repose sur un processus d’identification pathologique entre deux personnes, sur un sentiment fusionnel qui les attire et brise les frontières du moi, rendant perméable l’espace psychologique interne de l’individu, et favorisant ainsi une interpénétration psychique entre eux. . Il s’agit d’une pathologie psychique qui touche de façon commune deux personnes qui sont souvent intimement liées depuis des années, peut-être dans un contexte d’isolement, de détachement manifeste de la réalité, ou qui sont incapables de communiquer avec les autres et qui ne se sentent pas acceptées par le monde autour.

Quels sujets cela peut affecter

folie à deux il peut s’agir d’une mère et d’un enfant, de deux sœurs, ou d’un mari et d’une femme, ou même de deux amis ou amis très proches pendant l’adolescence. La forme la plus courante est la folie imposée (folie imposée) et survient principalement chez les femmes appartenant à des groupes socio-économiques défavorisés. 90% des cas partent de liens familiaux dans lesquels il y a une personne du couple (dominant) qui souffre principalement d’une forme de psychose ou d’altération affective et la transmet à l’autre personne, généralement avec un caractère soumis et suggestible, et souvent émotionnellement dépendant du sujet dominant. En particulier, il arrive que des distorsions de la réalité, des visions du monde bizarres, des délires ou des idées de persécution, commencent à perturber de plus en plus la personne dominante (« contagieuse »), qui commencera à projeter de manière persuasive ses croyances et expériences psychotiques sur l’autre personne plus faible ( personne « infectée ») jusqu’à ce que celle-ci commence à accepter et à partager les idées de l’autre, en suivant ses signaux délirants.

>> A voir aussi:  La rencontre en ligne : un moyen efficace de trouver l'amour ?

Une autre forme moins courante est la folie simultanée (folie simultanée) dans lequel deux personnes souffrent à la fois indépendamment et indépendamment de la psychose, et à un moment donné, elles commencent à conditionner leurs délires respectifs afin qu’ils deviennent très similaires l’un à l’autre, se renforçant mutuellement.

Comment la maladie est traitée

Comme le suggère la nature de la maladie, seule la séparation de la personne soumise, c’est-à-dire celle qui partage le trouble psychotique, de la personne dominante peut conduire à la résolution et à la disparition des symptômes psychotiques chez la première. Mais dans ce cas, le patient peut avoir besoin d’un soutien important pour compenser la perte de cette personne et doit être observé jusqu’à ce que les symptômes délirants soient résolus. Si ces symptômes ne disparaissent pas en une semaine ou deux, des médicaments antipsychotiques peuvent être utilisés comme c’est le cas avec la personne dominante.

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page