Comment imaginons-nous l’avenir après le Covid ?  Une étude nous le dit

Comment imaginons-nous l’avenir après le Covid ? Une étude nous le dit

Psychologie et couple

Selon la recherche, la plupart des gens ne veulent pas revenir à la normale après la pandémie, mais rêvent d’un monde plus équitable et durable, même s’ils croient que cela n’arrivera pas


La pandémie de Covid-19 est-elle un événement « fracassant » qui a suspendu la normalité en attendant son retour, ou une opportunité de changement radical ? À ce jour, il n’existe toujours pas d’alternative de conception définitive qui soutienne la deuxième hypothèse, mais qu’elle existe ou non, il semble clair que la fin de la pandémie – que nous espérons tous arriver bientôt – représente également le début d’une nouvelle ère. Oui c’est vrai, nous sommes au milieu de la quatrième vague et cela rend difficile d’imaginer la fin de l’urgence pandémique, mais l’ère Covid ne durera pas éternellement. Quand ce sera fini, à quoi aimerions-nous que le monde ressemble ? Comment imaginons-nous le futur ? Dans la première phase de la pandémie – de mars à juillet 2020 – nous ne voulions tous rien de plus qu’un retour rapide à la normale, estimant que le virus serait bientôt mis en échec par la science. Depuis, des slogans sont nés qui suggèrent une vision alternative du futur : un changement radical qui marque une rupture avec le passé et mène à un monde meilleur, plus équitable et durable. Mais qu’est-ce que les gens veulent vraiment ? Retour à la normale ou construction d’un nouveau monde ?

Après avoir tenté de savoir ce que les gens attendent de l’avenir post-Covid, des chercheurs de Université d’Australie occidentale et deUniversité de Bristol, qui a mené une étude basée sur deux hypothèses (d’une part « un retour à la normalité » qui place la reprise économique au premier plan, et de l’autre « reconstruire en mieux », une approche durable et progressive qui s’attaque aux problèmes mondiaux tels que les inégalités et changement climatique) préfigurant 4 scénarios possibles dans lesquels le gouvernement peut jouer un rôle central ou marginal. D’après les résultats de l’étude, publiés le natures, il est apparu que, quelles que soient les tendances politiques plus ou moins progressistes, la plupart des gens souhaitent un monde post-Covid plus équitable et durable plutôt qu’un retour à la normalité pré-Covid, même s’ils pensent que le contraire est plus probable et réaliste. Mais voyons l’étude en détail.

Les 3 questions sur lesquelles repose l’étude

Les chercheurs ont mené deux expériences sur deux échantillons différents et représentatifs (600 personnes du Royaume-Uni et 800 personnes des États-Unis) à environ un an d’intervalle, au cours des différentes phases de la pandémie (mai-juillet 2020 et mai-juillet 2021), à partir de à partir de deux attentes opposées sur le monde post-Covid : « mieux reconstruire » et « revenir à la normale », dans le but de répondre aux questions suivantes : 1) Les gens préfèrent-ils un retour à la normale plutôt qu’un nouveau monde ? 2) Préfèrent-ils un avenir où la prise de décision est entre les mains du gouvernement ou d’organisations individuelles ? 3) Leurs attentes vis-à-vis de l’avenir sont-elles conformes, selon eux, aux attentes que les autres ont vis-à-vis de l’avenir post-Covid ?

>> A voir aussi:  13h13 signification amour : que vous révèle cette synchronicité ?

Mieux reconstruire ou revenir à la normale

L’étude part donc de deux hypothèses opposées sur ce que sera le monde après le Covid : mieux reconstruire ou revenir à la normale. La première hypothèse (reconstruire mieux) s’articule autour d’enjeux tels que la durabilité et la transition écologique. La pandémie a clairement accru l’intérêt du public pour le changement climatique en favorisant les discussions sur des investissements plus durables et respectueux de l’environnement. À ce jour, l’adoption de politiques liées au climat, telles que les objectifs de zéro émission, s’est propagée à l’échelle mondiale, l’UE et les États-Unis, par exemple, visant le zéro net d’ici 2050 et la Chine d’ici 2060, tandis que le maire de Londres a annoncé son Nouvelle donne verte (« New Green Deal ») en novembre 2020, faisant valoir que l’action climatique doit être un élément central de toute reprise après la pandémie. Une « meilleure reprise » est également soutenue par les membres de la communauté scientifique, avec des appels à utiliser la crise comme une opportunité pour faire face et trouver une solution au changement climatique, la menace la plus grave pour la santé publique du 21ème siècle. retour à la normale), tourne cependant autour du thème des limitations des libertés civiles. Selon cette thèse, les restrictions sociales visant à freiner la pandémie (telles que les confinements imposés par le gouvernement, la fermeture des écoles et l’annulation des et événements sportifs), ils ont abrogé les droits des personnes dans une mesure sans précédent dans les démocraties libérales contemporaines.

Quatre scénarios futurs possibles

Partant de ces deux hypothèses, les chercheurs ont construit 4 scénarios futurs possibles, basés sur 2 variables indépendantes : l’une est « l’orientation » de la population, d’une part vers un retour à la normalité pré-Covid, et d’autre part vers une avenir plus progressiste; l’autre est « la répartition du pouvoir politique » orientée, d’une part, vers une plus grande intervention publique, donc une reconnaissance de la capacité du gouvernement à savoir guider la Communauté vers un retour à la normalité ou un avenir progressiste, d’autre part vers une plus grande autonomie et liberté individuelle, une orientation qui ne reconnaît pas au gouvernement la capacité de savoir sortir le pays de la crise, et qui, en somme, veut enlever le pouvoir au gouvernement pour le rendre au personnes. La combinaison de ces variables donne lieu à 4 scénarios futurs possibles :

>> A voir aussi:  Ce que l'on sait de l'expérience de mort imminente : la recherche fait le point

1. « Sécurité collective » (Retour à la normale – gouvernement fort)

Nous ne voulons pas de changements majeurs dans la façon dont le monde fonctionne. Nous sommes heureux que le gouvernement conserve ses pouvoirs pour assurer notre sécurité et nous remettre sur la bonne voie économique.

2. « Pour la liberté » (Retour à la normale – autonomie individuelle)

Nous ne voulons pas de grands changements dans la façon dont le monde fonctionne ; notre priorité est le statu quo et la sécurité. Nous voulons reprendre aux gouvernements les pouvoirs qu’ils revendiquaient pour limiter nos déplacements et surveiller nos données et nos comportements.

3. « Avenir plus juste » (Progressiste – gouvernement fort)

Ce que nous voulons, c’est que les gouvernements prennent des mesures énergiques pour lutter contre l’injustice économique et le problème du changement climatique. Nous sommes heureux que le gouvernement conserve ses pouvoirs s’il protège l’équité économique, la santé et l’environnement.

4. « Leadership d’en bas » (Progressif – autonomie individuelle)

Ce que nous voulons, c’est que les communautés, et non les gouvernements, travaillent ensemble pour construire un monde juste et respectueux de l’environnement. Nous voulons reprendre aux gouvernements les pouvoirs qu’ils revendiquaient pour limiter nos déplacements et surveiller nos données et nos comportements.

J’étudie

A partir de ces 4 scénarios, les chercheurs ont tenté de comprendre l’orientation des personnes recrutées pour l’étude. Dans la première expérience, ils ont présenté successivement aux participants tous les scénarios, tandis que dans la seconde expérience, ils n’ont présenté qu’un seul des scénarios choisis au hasard. Dans les deux expériences, puis, après avoir présenté chaque scénario, les gens ont d’abord exprimé leur préférence, puis ont évalué la probabilité que le scénario se réalise, et enfin ont dit quel scénario ils pensaient que d’autres auraient aimé se réaliser. « L’enquête sur les orientations « présumées » des autres – expliquent les chercheurs – est un fait important car elle peut révéler comment les différences entre les orientations des gens et leur présomption sur les orientations des autres peuvent être une conséquence des choix et des décisions politiques prises au cours la pandémie ».

Masques Ffp2, combien protègent-ils vraiment contre la variante Omicron ?

Les résultats (réponses à 3 questions)

1) Qu’est-ce que les gens aimeraient qu’il se passe ? Les gens, dans les deux expériences et dans les deux pays, ont préféré les scénarios progressistes à ceux d’un retour à la normale, même si cette tendance progressiste est généralement plus forte à gauche et au centre-gauche qu’à droite. De plus, ils ont préféré l’autonomie individuelle à des interventions publiques fortes.

>> A voir aussi:  Les meilleurs sex toys pour homme

2) Qu’est-ce qu’ils s’attendent à ce qu’il se passe réellement ? Contrairement à leurs propres préférences, et quelles que soient les tendances politiques, les gens considèrent qu’un retour à la normalité est plus probable qu’un avenir progressiste, et que le gouvernement est plus susceptible de conserver son pouvoir que de le rendre au peuple. En d’autres termes, les gens pensent qu’il est peu probable qu’ils aient l’avenir qu’ils souhaitent. Les gens veulent un avenir progressiste, mais craignent un retour à la normale avec le pouvoir dévolu au gouvernement.

3) Que pensent-ils que les autres espèrent pour l’avenir ? Les chercheurs ont également demandé aux gens de signaler ce qu’ils pensaient que les autres voulaient qu’il se passe dans l’avenir post-Covid. Ils ont constaté que les perceptions des gens de ce que les autres veulent différaient considérablement de leurs propres préférences. En fait, ils croient à tort que d’autres espèrent davantage un retour à la normalité que des scénarios progressistes.

« Dans l’ensemble – disent les chercheurs – dans les deux expériences et dans les deux pays, le scénario du « leadership par le bas » semblait être le plus populaire. Les penchants politiques des gens ont influencé les préférences – ceux de droite étaient plus favorables à un retour à la normalité que ceux de gauche – mais il est intéressant de noter que la forte opposition à un avenir progressiste a été assez limitée, même parmi les gens de droite. C’est encourageant car cela suggère que la résistance à « reconstruire en mieux » peut être contenue. »

L’ignorance pluraliste et ses conséquences

Cette divergence surprenante entre ce que les gens veulent vraiment, ce qu’ils s’attendent à obtenir et ce qu’ils pensent que les autres veulent est connue sous le nom d’« ignorance pluraliste ». Avec cette définition, en psychologie sociale, on fait référence à un processus qui se déclenche dans un groupe social et qui amène les personnes majoritaires à se croire minoritaires. L’ignorance pluraliste peut avoir des conséquences problématiques car, à long terme, les gens, en raison de l’ignorance pluraliste, ont tendance à se conformer à ce qu’ils perçoivent comme une opinion consensuelle au lieu d’agir selon leurs perceptions et leurs croyances. Cela peut notamment poser problème si l’opinion minoritaire est négative, par exemple contre la vaccination, dans le cas de la pandémie de COVID-19. En fin de compte, cela signifie que les préférences réelles de la majorité ne trouvent jamais l’expression politique qu’elles devraient avoir dans une démocratie.

« Dans notre cas – expliquent les chercheurs -, une conséquence de l’ignorance pluraliste pourrait être qu’un retour à la normalité devienne plus acceptable qu’un avenir progressiste, non pas parce que la plupart des gens veulent ce résultat, mais parce qu’ils le perçoivent comme inévitable en croyant que la majorité veut ce. Pour contrer l’ignorance pluraliste, donc – concluent-ils – les gens devraient être informés qu’il existe un consensus social concernant un avenir progressiste, afin de pousser chacun à trouver la bonne motivation et le bon engagement pour y parvenir ».

[kk-star-ratings align="center" reference="auto" valign="bottom"]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut