C’est pourquoi les femmes ont moins d’estime de soi que les hommes

C’est pourquoi les femmes ont moins d’estime de soi que les hommes

Estime de soi féminine

Un groupe de psychologues australiens a montré comment l’arrogance masculine affecte de manière décisive la faible estime de soi des femmes en générant des différences entre les sexes


Bien que des études de psychologie cognitive aient montré qu’il n’y a pas de différences d’intelligence entre les hommes et les femmes, la plupart des hommes pensent, par rapport à la plupart des femmes, qu’ils ont une intelligence (QI) supérieure à la moyenne, même si c’est une improbabilité statistique. Ce biais cognitif s’étend à tout trait socialement souhaitable tel que l’honnêteté, la capacité de conduire, etc., et a été trouvé universellement dans de multiples études impliquant des échantillons d’âges, d’ethnies et de cultures différents. Le phénomène, aussi appelé « supériorité illusoire », révèle donc une nette différence d’intelligence et d’estime de soi (SEI) entre les deux sexes.

Mais pourquoi les hommes se considèrent-ils tellement plus brillants, alors que les femmes sous-estiment constamment leur intelligence ? Pour découvrir une étude récente, menée par une équipe de psychologues de Université Griffith (Australie) et publié le Frontières en psychologie, qui a enquêté sur l’estime de soi des hommes et des femmes, et a découvert que les prédicteurs les plus puissants de la surestimation de son QI sont le sexe biologique et le genre psychologique. Autrement dit, le fait d’être né homme et d’avoir de forts traits de personnalité masculins (chez les hommes et les femmes) est associé à une image de soi surestimée.

La supériorité illusoire

La supériorité illusoire (ou « effet supérieur à la moyenne ») est une condition de préjugé cognitif dans laquelle une personne surestime ses propres qualités et capacités intellectuelles, par rapport aux mêmes qualités et capacités d’autres personnes. C’est l’une des nombreuses illusions positives liées à soi qui conduit à un plus grand engagement à accomplir des tâches et à une détermination à les poursuivre, et, par conséquent, à de meilleurs résultats.

>> A voir aussi:  Découverte du mécanisme cérébral qui permet (ou pas) de retrouver la voiture au parking

j’étudie

Les chercheurs ont recruté 228 participants (103 hommes et 125 femmes) et leur ont demandé ce qu’ils pensaient de leur QI global et de leur QI. Les intelligences multiples de Gardner (linguistique, mathématique, intrapersonnel, interpersonnel, kinesthésique, musical et visuo-spatial). Ensuite, ils les ont soumis à la Test de QI Cattell Culture Fair d’évaluer objectivement leur intelligence, et a demandé de remplir le Inventaire des rôles sexuels Bem (qui mesure les traits de masculinité et de féminité) pour rechercher les différences de genre et de rôle sexuel.

« Nous sommes partis d’une hypothèse – ont expliqué les chercheurs – selon laquelle le sexe psychologique (en particulier la masculinité) serait un meilleur prédicteur de l’estime de soi que le sexe biologique (masculin ou féminin à la naissance) ».

Arrogance masculine : le problème de l’humilité féminine

D’autres études, comme nous l’avons vu, ont montré que lorsqu’on leur demande d’estimer leur QI, les hommes pensent qu’ils sont nettement plus brillants, tandis que les estimations des femmes sont beaucoup plus modestes. Les résultats de cette dernière étude sont cohérents avec ceux des recherches précédentes. Plus précisément, les chercheurs, après avoir vérifié statistiquement les effets du QI réel mesuré, ont examiné les prédicteurs les plus puissants de l’estime de soi de l’intelligence. Les résultats ont montré que le sexe biologique restait le facteur le plus important : les hommes jugeaient leur intelligence supérieure à celle des femmes. Cependant, le sexe psychologique était également un prédicteur très puissant, les sujets très masculins évaluant leur intelligence plus haut (il n’y avait aucune association avec la féminité).

>> A voir aussi:  Comment imaginons-nous l'avenir après le Covid ? Une étude nous le dit

Cette étude a donc confirmé que les estimations du QI des femmes sont nettement inférieures à celles des hommes, et que le rôle sexuel a une influence déterminante sur l’estime de soi des femmes et les différences de genre. Ce phénomène a ainsi été expliqué par le psychologue Adrien Furnham: « l’arrogance masculine est le vrai problème de l’humilité féminine ».

Il n’y a pas de « sexe plus intelligent »

En comparant le QI estimé et observé, les chercheurs ont exclu les différences entre les sexes dans le QI réel, mais ont observé un phénomène de sous-estimation de l’estime de soi répandu chez les femmes. La science a donc finalement prouvé qu’il n’y a pas de « sexe plus intelligent », même si historiquement on croyait que les femmes étaient intellectuellement inférieures car elles avaient des crânes légèrement plus petits. Aujourd’hui, la plupart des gens pensent que les hommes et les femmes sont tout aussi intelligents. , mais dans certains pays il y a encore un préjugé selon lequel les femmes ont une intelligence inférieure.

Non, le patron n’est pas toujours plus intelligent. Et les femelles sont plus capables. j’étudie

Comment les parents affectent l’estime de soi

Les attentes des parents vis-à-vis de leurs enfants influencent leur image de soi et leur intelligence, et sont également des prédicteurs de leurs performances scolaires. Dans une étude britannique de psychologie sociale, des chercheurs ont demandé aux parents d’estimer l’intelligence de leurs enfants : les garçons étaient jugés significativement plus intelligents que leurs filles. Ce phénomène, répandu dans le monde entier, a conduit les hommes, plus que les femmes, à croire qu’il existe une plus grande différence entre l’intelligence des femmes et celle des hommes.

>> A voir aussi:  Jouer à des jeux sexuels couple pour stimuler votre érotisme !

La faible estime de soi des femmes est également influencée par le fait que les filles et les femmes, depuis l’adolescence, lorsqu’elles évaluent leur estime de soi, n’ont pas tendance à considérer tous les aspects de leur vie (y compris les capacités intellectuelles) de manière positive.

Une faible estime de soi affecte la carrière et l’avenir professionnel

Les psychologues de l’éducation soulignent comment l’image du soi intellectuel affecte ses choix de vie, son avenir et son bonheur. Lorsque les filles sous-estiment leur intelligence à l’école, elles ont tendance à choisir des cours moins exigeants, donc pas des matières comme les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (matières STEM). Et ces décisions limitent leurs futurs choix d’éducation et de carrière. Le Premier ministre Mario Draghi a récemment souligné ce phénomène : « Dans notre pays, il y a trop peu de femmes qui choisissent les matières STEM. Seules 16,5 % des filles se spécialisent dans les disciplines scientifiques, contre 37 % des hommes diplômés ».

Cet écart entre les sexes dans l’éducation peut également expliquer en partie l’écart entre les sexes dans les salaires et dans les rôles de pouvoir. «En tant que parents, éducateurs et société – ont souligné les psychologues -, nous avons le devoir d’élever les aspirations des filles, de les aider à construire une plus grande confiance en elles afin qu’elles soient libres de choisir sans être ancrées dans des préjugés inutiles. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons résoudre l’écart entre les sexes, qui est toujours présent dans notre société, et en même temps obtenir l’égalité salariale ».

[kk-star-ratings align="center" reference="auto" valign="bottom"]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut