car le problème c’est (aussi) les parents

La présence de soi-disant bande de bébé: seulement dans les dix derniers jours, à Quinto trois mineurs ont été agressés et dévalisés par un groupe de pairs, un Pégli une bande d’enfants a ravagé un gymnase mercredi à corso Italie un jeune homme a été boulonné par le groupe.

Mais peut-on vraiment parler d’un phénomène grandissant, ou est-ce seulement la perception du problème qui s’est accrue ? Quelles sont les causes et où faut-il agir ? Dans quelle mesure la guerre, la pandémie et le sentiment de perte qu’elles entraînent affectent-ils le développement des tout-petits ?

Baby gang, les carabiniers : « Un problème profond, il ne peut être résolu qu’avec la police »

La confirmation : « Quelque chose a changé ces derniers temps »

Nous avons demandé à Giovanna Capello, psychothérapeute du Cstcs, Centre d’étude pour la thérapie de couple et individuelle, sur la psychothérapie sociale Gênes. Le centre, qui opère à Gênes depuis 1987, dispose d’une importante équipe de professionnels qui s’occupent de la détresse juvénile et qui fait partie de l’Association des groupes italiens de psychothérapie psychanalytique de l’adolescence.

« Nous rencontrons des adolescents depuis de nombreuses années – dit Capello – et en fait quelque chose a changé. Pas la violence elle-même, qui est naturelle et inévitable chez l’être humain, surtout au début de l’adolescence, lorsque l’ex-enfant est aux prises avec un rapide transformation « .

>> A voir aussi:  Les meilleurs sites de rencontre pour les femmes mures.

Dans cette phase, la violence peut être vue comme une nécessité pour faire face aux transformations : « Ce qui ne se trouve plus dans la famille est recherché dans le groupe, qui utilise la ‘violence protectrice’ pour se défendre de la peur qu’inspire le monde extérieur ».

La différence : « Aujourd’hui, les enfants ne savent souvent pas pourquoi ils sont violents »

Mais cela s’est toujours produit : « Bien sûr, la violence tribale a toujours existé, mais les choses ont changé aujourd’hui car la violence devient, de notre point de vue, de plus en plus un symptôme. Elle n’est plus tant une défense psychique de l’individu qui grandit, mais devient une sorte de court-circuit. Je m’explique mieux : lorsqu’une défense est mise en place, il y a toujours un plan, un projet, une fin à poursuivre ».

Et dans ce court-circuit que se passe-t-il à la place ? « Il y a un décalage entre la cause et l’effet : nous sommes souvent aux prises avec des adolescents qui se retrouvent impliqués dans des bagarres et des passages à tabac, et quand ils en parlent, ils ne savent pas pourquoi, ils ne savent pas ce qui s’est passé. C’est ce qui inquiète le plus, et c’est un phénomène qui se produit beaucoup plus aujourd’hui que par le passé. C’est une forme particulière d’étroitesse d’esprit dont la violence a besoin. Le garçon dans ce cas tombe dans un « horror vacui », sans sens ni liens logiques ».

Bref, il ne s’agit plus de percevoir ni de donner du sens à la violence.

« Le problème, c’est le monde des adultes, peu présent et occupé à courir après l’adolescence »

Mais pourquoi ce court-circuit, ce changement de nature des violences chez les très jeunes ? « Je crois – poursuit Capello – que comme toujours le problème concerne le monde des adultes. Aujourd’hui, un homme adulte, dans la société occidentale, renonce difficilement à son adolescence, abdiquant parfois la fonction parentale. On voit de plus en plus d’adultes qui tentent d’effacer le différence générationnelle et soutenir un système narcissique qui nuit aujourd’hui plus que jamais aux enfants. En tant que psychothérapeutes, nous avons identifié dans ce modèle le véritable défi, à la fois clinique et social ».

>> A voir aussi:  10 conseils pour séduire une femme plus jeune

C’est le vrai point, selon Capello : « A l’origine il y a une société qui adhère à un registre adolescent narcissique qui ne veut pas grandir, et les très jeunes en sont le fruit. Il ne faut pas avoir peur de leur violence ». , il faut avoir peur de se cacher la tête dans le sable et le modèle qu’on leur propose ».

La pandémie ? « Ça a fait exploser des problèmes déjà présents dans la société »

Baby gang fruit de la période difficile de la pandémie : combien de fois l’a-t-on entendu répéter. Mais pour le Cstcs le vrai problème, c’est le modèle de société : « Disons que le covid a fait ressortir encore plus fortement des problèmes qui existaient déjà, les rendant beaucoup plus graves. Les enfants dans cette phase délicate de la vie ont été contraints à une série de règles imposées par les institutions, dans des familles qui n’étaient pas capables d’imposer beaucoup de règles au début. À ce moment-là, il y a une explosion, et quand ces enfants sortent, ils deviennent violents ».

Toujours, cependant, une façon d’affronter la peur : « Les adolescents ont de plus en plus peur, et la possibilité de semer autour d’eux la peur qui les habite a été écartée. Mais ce n’est qu’une forme illusoire de pouvoir ».

Le rôle de la famille et de l’école

Au final, le sentiment est que le rôle des parents fait toujours peu parler : la faute au covid, à la guerre, aux réseaux sociaux. Mais il y a aussi la responsabilité de la famille : « Nous avons tous des responsabilités – explique Capello – mais les adultes sont souvent trop occupés par le besoin de se justifier. C’est typique de l’état d’adolescent permanent dans lequel ils veulent vivre : c’est jamais de leur faute, la cause est toujours à l’extérieur. C’est le système narcissique, mais nous devons assumer les responsabilités des adultes. La thérapie aide, mais seule ne suffit pas. Aussi parce que nous ne voyons qu’un pourcentage de personnes qui, entre autres, reconnaissent que ils ont besoin ».

>> A voir aussi:  La folie à deux, quel trouble psychiatrique est au coeur de la nouvelle suite de Joker

Où faut-il intervenir ? « Sur les institutions dont les enfants sont appelés à s’occuper. Je pense à l’école, qui a besoin d’un changement, pour devenir un interlocuteur vraiment intéressant. Il faut intéresser les enfants, prendre soin des parents. L’école ne peut pas être une entreprise où essayer de se déresponsabiliser au plus vite. Là, je pense que le point central, tant pour les familles que pour les institutions, c’est justement la responsabilité. Il y a beaucoup de familles et d’enseignants qui se remettent en question, qui se remettent en question, qui veulent faire quelque chose pour les enfants, surtout pour ceux qui sont malades. D’autres pensent que la priorité est de s’en débarrasser le plus vite possible. Mais nous, c’est la famille, les institutions, le gouvernement, on ne peut pas toujours se sentir interpellés ». .

Votez pour ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page